Derniers Articles

Crises, alternatives, actions

Conjoncture : de chocs en chocs, tout un système en cause

Au plan mondial, nous ne sommes qu’au début de la pandémie due au Covid-19. Celle-ci a une ampleur, désormais, plus importante dans les pays avancés que dans son foyer d’origine, la Chine, où la progression paraît pour l’heure endiguée, même si la crainte d’une deuxième vague se fait jour. Ce n’est qu’à partir de la fin février en Europe et de la mi-mars aux États-Unis que le phénomène a pris une allure exponentielle caractéristique d’une épidémie, même si, comme on le sait, des éléments d’alerte avaient été donnés, par l’OMS et en France notamment, dés le mois de janvier.

Transmission des savoirs & enseignement

Déconfinement : vers une école à la carte, garderie patronale pour élèves cobayes virologiques ?

Lundi 13 avril, le président de la République s’est encore adressé au pays. Passons outre la dimension comedia del arte, le ton plaintif pour ceux qui souffrent, qui sont malades et qui, pouvons-nous ajouter, n’ont pu aller bronzer ni à La Baule ni au Fort de Brégançon. Que nous a-t-il dit, quels messages implicites, quels enjeux dans les crises combinées (sanitaire, économie, sociale, politique, éducative, etc.) que nous vivons ? L’intervention le lendemain du ministre de l’Éducation, avec un dosage savamment contrôlé entre rétention et diffusion d’information, permet de préciser l’analyse.

Initiatives militantes

Plus de 107 000 signatures en 10 jours, une première étape est franchie !

A l’initiative de communistes, d’économistes, de syndicalistes, d’intellectuels et de citoyens, la pétition lancée il y a 10 jours recueille déjà 104 000 signataires, un résultat remarquable. Une première étape est franchie. C’est un évènement de grande portée notamment dans cette période de confinement où les contacts directs entre militants sont très rares, les réseaux sociaux restant les seuls moyens de communication, pour échanger, débattre, faire de la politique.

Éditos

Éditorial – Non à la rhétorique consensuelle du « jour d’après »

En pleine crise sanitaire, l’urgence de traiter d’un sujet fait consensus, de droite à gauche : « le jour d’après ».
Macron a lancé l’idée : « le jour d’après ne ressemblera pas aux jours d’avant ».
Selon Les Echos (6/4/20), les députés LREM vont engager de façon informelle « une réflexion sur l’après, le jour d’après » a indiqué Gilles Le Gendre.

Finance et santé
Santé

Alerte ! Quand la finance s’occupe du système de soins !

Alors que les discours du président de la République sur la « santé gratuite » partie prenante de ces « biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché », ses promesses à l’hôpital de Mulhouse au sujet d’« un plan massif d’investissement et de revalorisation de l’ensemble des carrières […] construit pour notre hôpital » se veulent rassurantes sur un changement de cap, dans le même temps, les cercles étroits de la technocratie financière préparent une entrée massive des financements privés dans tous les secteurs du système de soins, avec en suite logique l’abandon des critères du service public.

Photo de la préfecture de la Drôme
Initiatives militantes

Lettre au préfet de la Drôme : urgence sanitaire et sociale

En Drôme comme sur tout le territoire national et partout dans le monde, sévit l’importante épidémie dite du coronavirus. Y faire face implique des mesures urgentes de deux ordres, sanitaires et socio-économiques. Monsieur le Président de la république puis Monsieur le Premier ministre au nom du gouvernement alertent avec justesse sur la gravité de la situation et sur la dimension exceptionnelle des mesures immédiates à mettre en œuvre pour la traiter avec la perspective d’un autre lendemain.