Transmission des savoirs & enseignement

Parcoursup version Master : Le gouvernement s’attaque aux étudiants·es !

Chaque Master doit avoir les moyens pédagogiques de préparer les étudiants aussi bien à quitter l'Université avec un bac+5 qu'à se préparer au Doctorat.

Alors que depuis la rentrée les témoignages d’étudiants privés de master se multiplient, les conseils d’universités ont à leur ordre du jour la mise en place de la  plateforme de sélection en master, trouvermonmaster.gouv.fr,s’inspirant fortement de la sélection mise en place à l’entrée de l’université par Parcoursup. 

Ce Parcoursup master fait pire que celui pour la licence en annulant d’office tous les vœux une fois qu’un vœu est accepté par un établissement, ne permettant ainsi pas le choix dans les différents vœux acceptés.

Le calendrier de cette nouvelle plateforme, nommé cyniquement “trouver mon master”, est déjà imposé par le gouvernement au sein même des universités. Tout au long du mois de mars les étudiants et les étudiantes devront faire leur voeux en master et d’avril à la mi-juin les étudiants et les étudiantes  auront les réponses des équipes pédagogiques et ça avant même les résultats définitifs d’examen dans de nombreuses filières. 

Alors que l’urgence de l’enseignement supérieur et de la recherche est dans le réinvestissement massif dans ce service public et la lutte contre la précarité étudiante, le gouvernement fait le choix, une fois de plus, de la casse de l’avenir des étudiants en préférant réduire par la sélection le nombre d’étudiants en master au lieu de créer de nouvelles places dans ceux-ci en recrutant massivement du personnel enseignant. 

L’Union des Étudiants Communistes appelle à la mobilisation la plus large contre cette sélection honteuse, mise en place en toute discrétion  quelques mois avant l’élection présidentielle. Force de proposition nous proposons un contre projet à cette plateforme en revendiquant : 

  • La fin de la sélection en Master, mais aussi en licence afin de permettre à chaque jeune de pouvoir jouir de son droit à la poursuite d’étude 
  • La publication par le ministère du nombre d’étudiants n’ayant eu aucun master afin de leur trouver une solution immédiate 
  • L’investissement massif dans l’ESR permettant de recruter 15 000 personnels enseignants titularisé et la création de nouvelle université 
  • La mise en place d’un revenu étudiant au-dessus du seuil de pauvreté basé sur un financement par les cotisations sociales 

Stephane Bonnery A ces arguments on peut ajouter : L’affectation au premier « oui » a des effets déjà connus dans Parcoursup : par sécurité, la première réponse est acceptée, et nombre de formations se retrouvent majoritairement remplies par des étudiants dont ce n’est pas le premier choix. Il est préférable que plusieurs voeux puissent être maintenus le temps que toutes les réponses soient parvenues.

Dans parcoursup, tous les ans, le Rectorat impose l’augmentation des effectifs étudiants alors que les moyens dont disposent les universités ne permettent pas d’augmenter (voire ils sont abaissés) le nombre de postes d’enseignants et de personnels administratifs. Chaque Master doit avoir les moyens pédagogiques de préparer les étudiants aussi bien à quitter l’Université avec un bac+5 qu’à se préparer au Doctorat, contrairement au Ministère qui veut des Master « tassés » dans les établissements « de masse », pour réserver à des établissements privilégiés les moyens de préparer au Doctorat.

0 comments on “Parcoursup version Master : Le gouvernement s’attaque aux étudiants·es !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :