Local de la section de Suresnes et Saint-Cloud du PCF
Contributions

Une situation anormale concernant une candidature aux départementales dans les Hauts-de-Seine

Dans les Hauts-de-Seine, le maire de Nanterre obtient des directions de la section de Nanterre et de la Fédération 92 du PCF le remplacement d’un candidat-titulaire communiste par un candidat, Jérôme Pellerin, qui était sur la liste LREM aux municipales de Suresnes en 2020. Face à cette dérive politique, nous demandons l’appui des communistes de tout le pays.

Dans les Hauts-de-Seine, le maire de Nanterre obtient des directions de la section de Nanterre et de la Fédération 92 du PCF le remplacement d’un candidat-titulaire communiste par un candidat, Jérôme Pellerin, qui était sur la liste LREM de la municipale de Suresnes en 2020. Face à cette dérive politique, nous demandons l’appui des communistes de tout le pays.


Les communistes de Suresnes avaient, avec Rodolphe Balensi[1]Rodolphe Balensi, co-secrétaire de notre section, était tête d’une liste de large rassemblement aux élections municipales suresnoises de 2020 avec le PCF, le PS, des militant·es de FI, des … Continue reading, entamé un travail de rassemblement de la gauche de Suresnes pour les élections départementales pour le canton de Suresnes-Nanterre-2[2]Le Canton Nanterre-2 (que nous appelons « Suresnes-Nanterre-2 » dans ce texte, dans un souci de compréhension) réunit toute la ville de Suresnes et un tiers de Nanterre. Ces … Continue reading, avec un binôme socialiste et des suppléants du mouvement social.

Pour les communistes de Suresnes, Rodolphe Balensi était le candidat le mieux placé à gauche pour les départementales : celui-ci avait été l’artisan et la tête de liste communiste de la liste municipale d’union de la gauche à Suresnes.

Appuyée sur cette candidature, notre démarche, aurait permis de s’opposer efficacement à la droite et à l’extrême droite. Elle s’est heurtée aux diktats politiciens du maire de Nanterre M. Patrick Jarry, inscrits dans le refoulement de la présence du PCF dans la circonscription Nanterre-Suresnes. Celui-ci a réussi à imposer à la section du PCF de Nanterre une démarche hostile à ce que le PCF soit présent dans chacun des deux cantons de Nanterre et Suresnes[3]Le premier canton de Nanterre est le canton où une conseillère régionale communiste est élue dans le cadre d’un binôme avec le maire de Nanterre.. Monsieur Jarry considère que présenter deux candidats communistes titulaires sur quatre sur les cantons de Nanterre serait déséquilibré. Pourtant, à Nanterre, un seul était en position éligible, le deuxième étant sur Suresnes. 

Dans des « négociations » avec le Maire de Nanterre, n’abordant d’ailleurs pas les questions de programme, mais excluant et pour cause, les communistes de Suresnes, les responsables de la section communiste de Nanterre ont accepté ce point de vue et se sont résolus à ne pas soutenir la candidature titulaire du communiste Rodolphe Balensi…

Mais ils ont accepté bien pire politiquement, dans cette dérive politique d’effacement du PCF, en acceptant que le Maire leur impose en lieu et place du communiste Rodolphe Balensi, un membre d’une petite formation politique écologiste (Génération Écologie), qui à la municipale de Suresnes, en 2020, figurait en 23ème position sur la liste du sénateur Xavier Iacovelli investi par le parti LREM de Macron.[4]Xavier Iacovelli a quitté le PS et le groupe socialiste du sénat pour rejoindre LREM. Il a été investi par LREM pour les élections municipales de 2020 à Suresnes. Il est … Continue reading

C’est sur cette base qu’ils ont consulté les seuls adhérents du PCF de Nanterre sur les deux cantons de Nanterre-1 et Suresnes-Nanterre-2, dans un seul vote groupé (les communistes du canton 1 votant pour les candidats du canton 2), excluant ainsi, en dépit des statuts du PCF, d’associer les communistes de la section de Suresnes à cette consultation.

La direction communiste de Nanterre et M. Jarry ont purement et simplement annexé l’ancien canton de Suresnes qui représente près des deux tiers d’électeurs du nouveau canton Suresnes-Nanterre-2 !

C’est cet effacement du PCF Suresnes de cette élection départementale que le conseil départemental du PCF des Hauts-de-Seine, emmené par son secrétaire fédéral Pierric Annot a décidé de soutenir à son tour lors de sa session du 4 mai. Soulignons que 8 membres de cette instance se sont cependant opposés mais en vain à cette dérive.[5]Notons que le secrétaire départemental des hauts de seine a refusé de faire un vote portant sur la question des départementales sur ce canton, préférant un vote groupé pour tout le … Continue reading

Ce type d’accords qui ressort d’une véritable tambouille électoraliste, dégoute profondément nos concitoyen·nes de la vie politique et les pousse à l’abstention.

Toujours est-il que la manœuvre réussie du Maire de Nanterre pour affaiblir la visibilité de PCF dans la circonscription prive les Suresnois·es d’un espoir de changement dans notre ville et notre département. Drôle de façon de préparer la reconquête de la circonscription perdue en 2017 ! La droite doit se frotter les mains.

Il est remarquable que cette décision ait été initiée par le maire non communiste de Nanterre, qui souhaite un Parti communiste moins important dans sa majorité municipale et dans sa ville. Politique qu’il poursuit pour chaque échéance à laquelle tente de résister la section de Nanterre mais en cédant à chaque fois.

En 2015, c’est notre camarade communiste Paule Ballut élue de Suresnes qui portait nos couleurs comme titulaire. Cette fois-ci les communistes nanterrien·nes sacrifient la candidature communiste suresnoise devant le chantage du maire de ne pas maintenir la candidature de l’élue communiste du canton 1. La poursuite d’une telle démarche ne pourra se continuer bien longtemps. Les communistes de la ville de Nanterre ont déjà perdu deux conseillers départementaux, le siège de député et aussi la mairie. Leur nombre d’élu·es municipaux s’est grandement amoindri.

Nous voulons souligner que notre section n’a nullement participé à la construction de ce type d’accord et s’y est opposée. Un « pacte » a été conclu dans notre dos et nous sommes invité·es à le suivre. Nous trouvons extrêmement offensant que les camarades communistes de Nanterre aient pu imaginer une seule seconde que le PCF de Suresnes accepterait le poste de candidat suppléant d’un titulaire qui était candidat à Suresnes sur la liste LREM de la municipale de 2020.

Nul n’ignorait à Nanterre que les communistes suresnois·es avaient indiqué depuis octobre 2020 leur choix portant sur la candidature de Rodolphe Balensi.

C’est aujourd’hui à M. Jarry et à l’élue communiste L. Genthon d’expliquer aux nanterien·nes et aux suresnois.es qu’il et elle se présentent à ces élections dans le cadre d’un accord avec un candidat qui s’est présenté, à Suresnes, sur la liste présidentielle en juin dernier.       
À la direction de la section de Nanterre d’expliquer aux communistes qu’elle n’est pas encline à discuter avec une section de son propre parti, alors que nous devrions être un partenaire privilégié : nous avons une circonscription et un canton commun.

De son côté, le PS local qui était sur notre liste d’union de la gauche ne voulant pas soutenir un candidat de la liste LREM s’est déclaré non candidat de cette farce.

Avec amertume et colère, nous faisons le choix de retirer la candidature de Rodolphe Balensi, suite au vote arraché aux membres du conseil départemental du PCF 92 du 4 mai 2012. Arraché, car la direction fédérale a refusé de faire un vote spécifique pour le canton Nanterre Suresnes et a imposé un vote bloqué pour toutes les circonscriptions.

Maintenant, nous sommes déterminé·es à agir dans la campagne des présidentielles qui s’annonce avec la candidature de Fabien Roussel.

Nous saisissons une nouvelle fois la commission des conflits de notre parti, ainsi que sa direction nationale. 

Nous demandons :

  • que l’investiture PCF du candidat Jérôme Pellerin sur le canton Suresnes-Nanterre-2 soit annulée, et que celui-ci ne puisse arborer le sigle du PCF ;  
  • qu’après les élections départementales, des sanctions nominales soient prises contre ceux qui sont responsables, dans notre parti, d’avoir bafoué la parole souveraine des communistes suresnois·es, d’une décision qui empêche la gauche rassemblée de se présenter à Suresnes avec un candidat de notre parti ; que des sanctions soient prononcées contre celles et ceux qui ont décidé d’investir sous les couleurs de notre parti, un candidat encore engagé avec la droite gouvernementale il y a moins d’un an, et dont l’existence politique se limitait jusqu’alors à cette candidature.

Fidèles jusqu’au bout à nos valeurs et nos convictions — celles qui font de nous des révolutionnaires, des communistes — nous ne participerons pas à une campagne honteuse au profit d’un candidat issu d’une formation qui a soutenu la liste de la majorité présidentielle. Nous affirmons notre dégoût pour des pratiques purement électoralistes, que le philosophe marxiste Lucien Sève décrivait ainsi « des principes sans alliances aux alliances sans principes, de l’opportunisme « de gauche » à l’opportunisme de droite, il n’y a que le couloir à traverser. »[6]Une introduction à la philosophie marxiste, Lucien Sève — Édition Sociales (1980), 3ème édition, 6ème note du chapitre 4, p. 611

Nous demandons l’appui de tous les communistes de notre pays.

Le bureau exécutif de la section du PCF de Suresnes — Saint Cloud

Notes[+]

5 comments on “Une situation anormale concernant une candidature aux départementales dans les Hauts-de-Seine

  1. Mercier

    Dans le Gard sur le Canton de Rousson j’étais remplaçant du conseiler sortant qui devait au passage céder son mandat durant la le mandat ure mais lui et son. Binôme ont tout fait pour ne pas tenir. CEt engagement afin de placer leur petit favori.. À. Cette nouvelle élection les deux sections qui constitue le canton ont proposé ma candidature elle refusant même de partir avec moi alors sun accord départemental des forces de gauches sanctuarise les élus sortants.. Face à cette situation il a été organisé un. Vote de tout les adhérants ou je suis arrivé largement en tête avec plus de 80,%de voi la fédération du Gard elle a imposé l’autre candidat…. Ou est la souveraineté des adhérents proclame dans tout nos congrès… Il faut que ça change..
    Mercier Michel maire de le martinet

  2. POYARD Pierre-Olivier

    Chers camarades,
    Vous nous appelez à vous soutenir, certes, mais de quelle manière?
    Une pétition? Des courriers? Je suis partant pour le faire.
    Tenez-nous informés,
    Pierre-Olivier POYARD, Membre du CD, Fédé des Vosges

    • Cédric Goulmot

      Partagez cet article un maximum autour de vous, auprès des communistes que vous connaissez.
      Fraternellement,

  3. Franck Capmarty

    Dans le canton de Deuil Montmagny val d’Oise la fédération avait accepté une candidate présentée par le PS et sur la liste municipale de Montmagny soutenue par LREM. Il a fallut se battre pour la faire sortir.
    Mais son remplacement par une cégétiste de la faculté de viltaneuse et candidate sur notre liste citoyenne de Montmagny a été refusée par le PS. Résultat 3 candidats de Deuil et 0 sur Montmagny ex-ville communiste.
    Malgré tout la candidate choisie est une cégétiste de Deuil.

  4. Ce sont les adhérents de base qui doivent prendre la parole afin de mettre fin au culte de la personnalité de certains barons locaux.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :