Conseil National Présidentielle 2022

Présidentielle de 2022 : la conférence nationale propose la candidature communiste de Fabien Roussel – vote des communistes les 7, 8 et 9 mai

Nos lecteurs trouverons sur notre site le texte adopté et des interventions marquantes de la conférence nationale.

Les 10 et 11 avril, la Conférence nationale de notre parti a réuni près de 1000 délégués, représentatifs des communistes de toute la France. À l’issue de débats dans lesquels tous les points de vue se sont exprimés, ils ont décidé, à une large majorité de proposer au vote des communistes le 9 mai le choix d’une candidature communiste à l’élection présidentielle, et Fabien Roussel, secrétaire national, comme candidat.

Saluons l’exploit technique et démocratique que constitue cette réunion réussie en visioconférence, à presque 1.000, avec des interventions de toute la France, et, surtout, l’événement que constituent les décisions proposées, prolongeant le tournant du 38ᵉ Congrès et de l’adoption du Manifeste.

Le débat a confronté clairement et fraternellement le point de vue de camarades préconisant de ne pas présenter de candidat, ou de ne le faire qu’avec la perspective de le retirer, à celui considérant une candidature communiste comme nécessaire pour ouvrir, avec les propositions communistes, la voie d’un rassemblement populaire et à gauche, à la hauteur face à la crise du capitalisme.

Le texte d’orientation a fait l’objet de 2 votes :

  • La première partie a été adoptée par 721 voix contre 134 soit 84,3% des exprimés et 77,6 % en comptant les 62 abstentions.
  • Auparavant avaient été débattus et rejetés deux amendements, un de Pierre Laurent, et un autre d’Isabelle de Almeida, donnant tous les deux la priorité à mener un débat pour candidature avec d’autres forces de gauche couplée à une nouvelle conférence fin 2021 .
  • Un vote séparé a eu lieu sur le choix pour ou contre une candidature communiste formulé pour 2 options en la fin du texte :
    Pour (option 1) : 609 voix (66,4%) soit 69,3 % des exprimés
    Contre (option 2) présenté par Robert Injey : 270 voix (29,4%)
    abstention : 38 voix (4,1%)
  • Enfin le dimanche, la proposition de candidature de Fabien Roussel a été retenue avec 671 voix (73,6 % des votants), et 205 abstentions (22,5%). Les deux autres candidatures, E. Dang Tranh et G. Munck ont obtenu chacune 18 voix.

Ces décisions sont maintenant soumises au débat et au vote des communistes les 7, 8 et 9 mai.

Nous publions un ensemble de documents (documents de la Conférence, plusieurs interventions – Sandra Blaise, Amar Bellal, Fréderic Boccara, Marie-Christine Burican, André Chassaigne, Denis Durand, Jean-Marc Durand, Nicolas Marchand, Fred Mellier, Evelyne Ternant, le discours final de Fabien Roussel…), des outils utiles pour débattre, argumenter, rassembler les communistes pour le vote important des 7, 8 et 9 mai.

Nous invitons toutes et tous les camarades qui le souhaitent à envoyer leur intervention par courriel à l’adresse webmaster@enavantlemanifeste.fr (merci de faire parvenir également un portrait de l’auteur ou de l’autrice dans une bonne résolution).

Conférence Nationale 2021 – Intervention de Nicolas Marchand

Sous-estimer la crise mène à une vision limitée du contenu du projet sur lequel il est proposé de rassembler.
Où ira-t-on, si, pour unir à tout prix une gauche dominée par les idées sociales démocrates et sociales libérales, on remet à plus tard la mise en cause du capital ?

Conférence Nationale 2021 – Intervention d’Evelyne Ternant

Un candidat communiste, ce n’est pas pour nous faire plaisir et rappeler au monde que nous ne sommes pas morts. C’est parce que dans la situation de crise multiple et aiguë que nous vivons, la contribution communiste au débat public sur la sortie de crise est essentielle pour trois raisons:
1- remettre la question de la transformation sociale au centre, et faire reculer les divisions identitaires dont se nourrissent et les droites et l’extrême droite,
2-asssocier aux mobilisations des objectifs politiques transformateurs comme nous commençons à le faire sur la pandémie et les vaccins, ou sur l’énergie, ou encore avec les grandes batailles sur l’industrie.
3-refonder la gauche sur un socle d’affrontement avec la logique et les pouvoirs du capital.

Conférence Nationale 2021 – Intervention de Frédéric Boccara

Car, surtout, la grande question c’est de conquérir des pouvoirs des travailleurs et des habitants (société civile et élus) sur les entreprises et les banques pour une émancipation nouvelle, sociale, écologique et humaine. Pour cela nous avançons des propositions précises d’institutions nouvelles pour l’emploi, la formation, la transformation productive et sur l’utilisation de l’argent des banques, des entreprises (profits) et de l‘argent public.

Conférence Nationale 2021 – Intervention d’André Chassaigne

Notre pays a-t-il toujours besoin d’une Parti Communiste ? Non pas un parti pour lui-même, qui n’existerait que pour exister. Mais parce qu’il n’est pas rien, parce qu’il compte à gauche, et parce qu’il est le seul à même de porter à la fois des propositions révolutionnaires pour un réel changement de société et de travailler dans la durée à un rassemblement majoritaire.

Conférence Nationale 2021 – Intervention de Amar Bellal

je pense que l’évolution du parti sur la question du combat contre le racisme est positive : il ne se contente plus de dénoncer la droite et l’extrême droite, sans rien dire de précis sur certains problèmes bien réels auquels nombre de nos citoyens s’interrogent, et il met un contenu de classe dans ses propositions et son expression contre le racisme.

Conférence Nationale 2021 – Contribution de Denis Durand

Le dernier mot va rester aux communistes lors de leur vote en mai, Sur le bulletin de vote, il conviendrait d’écrire clairement que l’« option 1 », ou plutôt le choix 1, a été « adopté » par la conférence nationale et que l’« option 2 » a été « rejetée ».

Conférence Nationale 2021 – Intervention de Fred Mellier

L’insistance à vouloir une candidature de rassemblement acte de fait deux faiblesses
Celle de la gauche, Celle du PCF,
On ne peut nier ni l’une ni l’autre, c’est une réalité objective qui prend d’une part sa source dans les politiques de renoncement mise en œuvre par les forces réformistes auxquelles nous avons parfois apporté notre appui et également dans une politique d’effacement de notre parti qui a conduit à le dévitaliser dans la population.

port

Conférence Nationale 2021 – Intervention de Jean-Marc Durand – secrétaire de la Fédération de la Drôme

Faire barrage dans ce contexte à l’extrême droite, éviter un duo Macron/Le Pen exige de construire le plus sûr chemin pour combattre les politiques dont ils sont porteurs, ce qui suppose de se donner les meilleurs moyens. Bâtir une candidature communiste qui prenne toute sa place dans le temps fort politique que représente l’élection présidentielle en est un élément déterminant

Conférence Nationale 2021 – Intervention de Marie-Christine Burricand

La crise économique, sociale, démocratique appelle une candidature du PCF. Faire de la présidentielle, ce verrou de la 5e république un moment utile pour le mouvement populaire et la transformation sociale, économique, démocratique, c’est notre équation.

Conférence Nationale 2021 – Intervention de clôture de Fabien Roussel

Le destin de la France va se jouer dans les mois qui viennent. C’est avec eux que nous voulons le construire. Notre pari à nous, c’est celui des jours heureux et il ne peut pas être le résultat du hasard. Nous voulons le gagner et mettre tous les atouts de notre coté !

Texte adopté par la conférence nationale et bulletin de vote

1 comment on “Présidentielle de 2022 : la conférence nationale propose la candidature communiste de Fabien Roussel – vote des communistes les 7, 8 et 9 mai

  1. Avatar
    Boussard Alain

    Voici l’intervention que je n’ai pas pu prononcer dimanche matin, donc après le vote qui a décidé de proposer un candidat communiste. Je me suis abstenu lors du vote, car je ne me retrouve pas dans le choix binaire qui est proposé.

    « Proposer un pacte pour les législatives remet la question du rassemblement à la présidentielle à l’ordre du jour, car comment concevoir qu’on puisse se battre pour un accord de gouvernement pour les législatives, mais pas pour la présidentielle qui est pourtant l’élection déterminante ?
    Mais cette proposition de pacte pour les législatives peut rassembler les communistes, même si cela revient à mettre la charrue avant les bœufs.

    La question du rassemblement et de l’unité des communistes est essentielle. Rassembler d’abord son camp pour travailler à un rassemblement de toute la gauche et des écologistes.
    Le choix binaire qui est proposé entre la position de la majorité du Conseil National et l’amendement alternatif est par essence porteur de dissension et de division.
    Ce choix binaire produit des perdants et des gagnants alors qu’il était possible de chercher à construire une position commune qui rassemble la quasi-totalité des communistes.
    Engager la campagne présidentielle divisés serait catastrophique. Il serait illusoire de penser que le Parti fonctionne encore comme du temps du centralisme démocratique abandonné en 1993 sur proposition de George Marchais parce que ça ne marchait déjà plus.
    Pour une campagne efficace, il est nécessaire de rassembler les communistes autour d’une position largement partagée.
    Les communistes qui ne croient pas à la stratégie adoptée hier auront du mal à se mobiliser.
    On aurait pu décider ensemble de désigner un candidat communiste porteur d’une proposition de rassemblement de toute la gauche et des écologistes avec l’ambition de mettre le Parti et nos propositions au centre de la vie politique et de faire le point en octobre ou novembre. Ce n’est pas ce qui a été retenu.

    Les gens de Gauche et notamment les électeurs communistes veulent que ça change dès 2022. Ils ne veulent pas que Macron soit réélu, qui mettrait en œuvre toutes les réformes aujourd’hui en sommeil du fait du Covid, ni que Le Pen arrive au pouvoir.
    Ils ne veulent pas attendre 2027 ou 2032 », ni recommencer l’épisode Hollande.
    Ne pas tout faire pour tenter de construire une alternative serait désespérant, même si la tâche est difficile.
    Un éventuel ralliement à Mélenchon ne serait qu’une impasse qui ne permettrait pas d’envisager une victoire de la gauche en 2022.
    Le Parti doit porter l’espoir de victoire en faisant la clarté sur les conditions du changement, y compris avec la confrontation publique de nos propositions avec celles des autres forces de gauche.

    Nous nous sommes battus pour rassembler la gauche aux municipales, aux départementales et régionales.
    Ne donnons pas pour la présidentielle l’image d’un parti qui pratique une stratégie à géométrie variable.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :