Finance et santé
Non classé

Alerte ! Quand la finance s’occupe du système de soins !

Alors que les discours du président de la République sur la « santé gratuite » partie prenante de ces « biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché », ses promesses à l’hôpital de Mulhouse au sujet d’« un plan massif d’investissement et de revalorisation de l’ensemble des carrières […] construit pour notre hôpital » se veulent rassurantes sur un changement de cap, dans le même temps, les cercles étroits de la technocratie financière préparent une entrée massive des financements privés dans tous les secteurs du système de soins, avec en suite logique l’abandon des critères du service public.

Alors que les discours du président de la République sur la « santé gratuite » partie prenante de ces « biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché », ses promesses à l’hôpital de Mulhouse au sujet d’« un plan massif d’investissement et de revalorisation de l’ensemble des carrières […] construit pour notre hôpital » se veulent rassurantes sur un changement de cap, dans le même temps, les cercles étroits de la technocratie financière préparent une entrée massive des financements privés dans tous les secteurs du système de soins, avec en suite logique l’abandon des critères du service public.

            C’est la note de la CDC (Caisse des dépôts et consignations) rédigée à la demande d’Emmanuel Macron, publiée par Mediapart (en p. j.), qui révèle les lignes directrices de ce projet destructeur : une évolution du système de santé qui, sous couvert de la crise sanitaire et du besoin de financement massif, en accélère la privatisation et la marchandisation. Fait par un organisme financier dont les critères sont depuis longtemps ceux des marchés financiers, et qui, de plus, est devenu un acteur majeur de l’hospitalisation privée lucrative, son fil directeur, sous la technicité des montages proposés, est d’effacer par une série de dispositifs la ligne de démarcation entre le secteur privé et le secteur public pour anéantir définitivement ce dernier.

            Parmi les mesures les plus significatives, citons :

1— une restructurationet non une annulation — des deux tiers de la dette des hôpitaux publics (l’État n’en a repris qu’un tiers à sa charge), accompagnée de la création d’un « fonds de dette » commun au secteur privé, prêtant à long terme « en hybride soit aux hôpitaux, soit préférablement aux mutuelles et aux fondations qui les détiennent avec une obligation de fléchage des ressources ». En clair, un fonds de financement commun public/privé, qui privilégie le secteur privé et pilote la destination des financements.

2— Le recours massif aux partenariats publics privés (PPP) en dépit de la succession des expériences négatives et des rapports accablants venant d’institutions nationales (cour des comptes, rapport d’enquête sénatoriale) et européennes (cour des comptes européenne). Cette dernière, qui n’est certainement pas à la pointe du combat antilibéral, constate néanmoins « le manque considérable d’efficience, qui s’est traduit par des retards de construction et par une forte augmentation des couts », une opacité comptable qui compromet « la transparence et l’optimisation des ressources », une inadaptation de ces contrats de long terme à suivre « l’évolution rapide des technologies ».

3-le basculement vers « la santé numérique », une solution miracle permettant de faire coup double : décharger l’activité hospitalière, et valoriser les investissements des nombreuses « start up » (au nombre de 700, marché qualifié de peu mature, de modèle fragile, etc.) et des compagnies d’assurances et des mutuelles qui se sont lancées dans le financement de la téléconsultation. Elles viennent d’ailleurs de créer un consortium « Alliance digitale pour le Covid-19 » dans lequel on retrouve les principales d’entre elles : Allianz, AG2R la mondiale, Malakoff, associées à la Banque Postale Assurances….Il s’agit en fait de faire face à la saturation du 15 non pas en lui allouant les financements publics nécessaires, mais en proposant des solutions privées pour en réduire l’accès.

4- Dans le sillage de Donald Trump, une proposition de conversion de navires en navires-hôpitaux, dont les aspects techniques, médicaux et humains sont jugés hasardeux par nombre de professionnels, mais que l’on comprend mieux quand on sait que la CDC a des engagements financiers importants dans des commandes de paquebots aux Chantiers navals que les compagnies de croisières, mises à l’arrêt par la pandémie, risquent de ne pouvoir honorer.

5- Enfin, le meilleur pour la fin, faire sponsoriser par les grands organismes de recherche (Institut Pasteur, institut Curie, Unicancer, etc..) « un fonds de partage » auquel souscriraient investisseurs privés et institutionnels, avec reversement de revenus aux « sponsors » pour leur opération promotion. Avec la rapacité et le cynisme bien connus de la finance, quand elle flaire de bonnes affaires, il est dit sans ambages que « les conditions de lancement […] seraient assez favorables compte tenu de l’impact sur les valorisations corporatives de la crise actuelle » et que « ce type d’opérations pourrait […] être lancé très rapidement dans des conditions compétitives et avec le soutien de la place ».

Ce fameux fonds de financement prêterait aux hôpitaux au taux du livret A + 0,75 point, soit 1,25 %, quand L’État français emprunte à 0 % sur dix ans et à 0,84 % sur 30 ans… et que la BCE prête aux banques à -0,75 %.

En langage clair, la pandémie du covid-19 va favoriser l’attraction boursière des placements financiers vers les secteurs de la santé. La finance n’hésite jamais à battre monnaie sur le malheur humain ».

            Pour imposer d’autres choix et faire obstacle à l’achèvement du système public de soins sur l’autel du capital qui se prépare, il est impératif de rassembler toutes les forces qui se sont opposées à son démantèlement, des personnels aux usagers en passant par les élus, pour un combat politique de haut niveau. Ces luttes ne peuvent plus s’en tenir à la seule expression des besoins, mais doivent impérativement porter des exigences sur les modes de financement, qu’il s’agit d’arracher au plus vite aux griffes des marchés financiers. 

C’est dès aujourd’hui que le combat pour une alternative à cette tentative des classes dirigeantes est à l’ordre du jour. Il sera déterminant que le PCF soit à la hauteur de sa responsabilité historique dans ces circonstances extraordinaires.

À lire également : Patrick Artus et rapport de la CdC montrent la violence des antagonismes qui minent le capitalisme financiarisé et mondialisé

0 comments on “Alerte ! Quand la finance s’occupe du système de soins !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :